29-03-2021

Situation sanitaire dans les établissements scolaires - Extrême gravité - Urgence à prendre des mesures fortes

Monsieur André CHASSAIGNE interroge le Ministre de l’Education nationale, de la jeunesse et des sports sur l’extrême gravité de la situation sanitaire dans les établissements scolaires et l’urgence à prendre des mesures fortes.

Une fois de plus, des délibérations publiques s’engagent dans les médias et entre scientifiques sur une question fondamentale liée à l’épidémie de Covid sans que les parlementaires soient associés et/ou consultés par le Gouvernement. La question que toutes les citoyennes et les citoyens se posent aujourd’hui touche à la fermeture ou non de nos établissements scolaires. Les chiffres sont, en effet, alarmants et cette question est légitime au regard d’un taux d’incidence qui ne cesse d’augmenter chez nos enfants.

Nous partageons avec le Gouvernement l’absolue nécessité de garder nos écoles ouvertes, non pas pour satisfaire aux besoins du MEDEF et transformer nos établissements scolaires en garderie, mais parce que nos enfants en ont besoin. Les travaux de la commission d’enquête menés par ma collègue Marie-George Buffet ont démontré combien cela était nécessaire tant les effets du confinement ont été délétères sur les apprentissages de nos enfants, en particulier pour ceux issus des milieux populaires.

Pour autant, maintenir les écoles ouvertes ne pouvait se faire sans conditions si nous voulions, dans le même temps, lutter efficacement contre la propagation du virus. Nous avons, à cet égard, déposé une proposition de résolution en novembre dernier, dans laquelle nous avons formulé des propositions concrètes pour garantir des conditions sanitaires propices au bon apprentissage de nos enfants tout en permettant de conserver les établissements ouverts sur le long terme.

Nous proposions notamment :

  • La généralisation, lorsque cela est nécessaire, du fonctionnement en demi-groupe dans les lycées et les collèges, afin de limiter le nombre d’élèves en classe et le brassage dans les établissements et à la cantine.
  • La réquisition des locaux, des salles ou autres gymnases appartenant à l’Etat ou aux collectivités locales, afin de permettre de baisser les effectifs dans les établissements et de limiter les brassages dans les cantines.
  • Le déploiement massif de purificateurs d’air dans nos établissements.
  • La titularisation de tous les enseignants inscrits sur listes supplémentaires, le rappel des professeurs contractuels ayant exercé lors des années précédentes et la mobilisation de toutes les bonnes volontés pour sauver notre institution scolaire.
  • Le recrutement d’assistants d’éducation, d’AESH et d’agents territoriaux.
  • La garantie d’accès à internet et à un ordinateur pour chaque écolier, collégien et lycéen de notre pays qui s’en trouve démuni.
  • La renégociation du plan de relance pour financer le recrutement de personnels comme cela s’est fait en Italie.

Hélas, rien de tout cela ou presque n’a été mis en place, et nous devons constater l’échec de la politique gouvernementale. Les écoles ouvertes sont aujourd’hui les lieux où la Covid-19 se propage massivement, mettant ainsi en danger nos enfants et leurs parents, nos enseignants et nos personnels. Cette situation ne peut plus durer et des décisions doivent être prises très rapidement, en concertation avec la communauté éducative et la représentation nationale.

C’est pourquoi, André Chassaigne demande à Monsieur le Ministre de prendre en urgence les mesures qui s’imposent pour que nos écoles puissent rester ouvertes en toute sécurité.


Voir à ce sujet :

PDF - 102.2 ko

Pour en savoir plus : André Chassaigne - AC

Imprimer