23-02-2006

Rentrée scolaire 2006 - suppression de postes du 1er degré.

Monsieur Jean VERLUCCO
Inspecteur d’Académie
Cité Administrative
2, rue Pélissier
63034 CLERMONT-FERRAND CEDEX 1




Monsieur l’Inspecteur d’Académie,

Je viens d’être informé de vos propositions pour le département du Puy-de-Dôme concernant la préparation de la rentrée scolaire de septembre 2006 dans le 1er degré.



J’ai aussi pris connaissance de la suppression par le Ministère de l’Education Nationale de 13 postes sur les 4 départements de l’Académie de Clermont-Ferrand, dont 4 dans le département du Puy-de-Dôme. Selon le Recteur d’Académie, ces mesures sont « difficiles à mettre en œuvre dans un contexte de hausse d’effectifs des élèves » (+ 296 élèves en primaire dans le seul Puy-de-Dôme).
Ces contraintes réelles sont certes dues à la volonté de réduire les dépenses publiques et sont aussi la conséquence de choix gouvernementaux détestables.



Elles n’en ont pas moins des effets terribles pour les zones rurales comme la circonscription scolaire d’Ambert, en charge des écoles primaires de l’arrondissement et des cantons de Courpière et St-Dier-d’Auvergne.
Le bilan de vos propositions sur ce secteur fait en effet apparaître le chiffre effarant de suppression de 6 postes d’encadrement… alors que les prévisions font apparaître une augmentation des effectifs de 36 élèves !



  • Ainsi, 4 postes d’instituteurs seraient supprimés compte tenu des effets de seuil dus à la baisse des effectifs à Ambert, Arlanc, Augerolles et St-Anthème.

  • 2 autres mesures de fermeture de postes concerneraient deux secteurs souvent montrés en exemple par le passé et sur lesquels vos prédécesseurs s’étaient solennellement engagés à maintenir des conditions de fonctionnement favorables :



      • Le RPI (Regroupement Pédagogique Intercommunal) de Novacelles - Chambon-sur-Dolore - St-Bonnet-le-Chastel serait amputé d’un enseignant, ce qui aurait pour conséquence la fermeture d’une école dans une des trois communes.

      • Le réseau des écoles primaires du pays de Cunlhat perdrait son 1/2 poste d’enseignant coordonnateur… 4 ans après que cette initiative a été présentée, avec force publicité, par l’Inspecteur d’Académie du Puy-de-Dôme comme une action exemplaire.


  • L’équipe de soutien aux élèves en difficultés perdrait 1 poste sur les 6 de la circonscription scolaire d’Ambert : chaque maître interviendrait donc désormais auprès de 600 élèves environ au lieu de 500, et bien sûr dans les conditions difficiles d’un secteur étendu et montagneux. Cette décision scandaleuse serait semble-t-il compensée par la création d’un 1/2 poste de psychologue basé en Haut-Livradois.

  • Le dispositif d’aide scolaire aux enfants handicapés serait aussi considérablement affaibli par la suppression d’un 1/2 poste d’enseignant spécialisé au SESSAD d’Ambert (Service d’Education et de Soins Spécialisés à Domicile). Ainsi, un enseignant unique interviendrait désormais sur deux structures : SESSAD (1/2) et IME (1/2). Dès le 12 décembre, dans un courrier remarquablement argumenté, l’ADAPEI vous a fait part de son indignation et de la nécessité de maintenir un poste plein au SESSAD. Aussi, je suis particulièrement choqué que votre réponse aujourd’hui consiste à annoncer la création d’un demi-poste de rééducateur attendu depuis plusieurs années et dont l’action s’adresse à un public bien plus large que celui des seuls enfants handicapés. L’avenir de ces derniers sera indéniablement pénalisé par cette mesure inacceptable.

Je rendrai bien sûr public ces éléments d’appréciation, avec la volonté de mobiliser l’ensemble des élus et la population contre ces nouveaux coups portés au service public de l’enseignement dans un secteur déjà bien fragilisé.

Je vous prie de croire, Monsieur l’Inspecteur d’Académie, en l’expression de mes salutations respectueuses.




André CHASSAIGNE

Pour en savoir plus : suivi / Corinne Ould’Ameur

Imprimer