30-08-2003

Ligne SNCF Béziers-Clermont-Paris

Ligne SNCF Béziers-Clermont-Paris

Déclaration commune d’André CHASSAIGNE et François LIBERTI

Députés communistes du Puy-de-Dôme et de l’Hérault

Le rassemblement du 12 juillet en Lozère, organisé par le Comité pluraliste pour la défense et la modernisation de la ligne Béziers-Clermont-Paris, a permis que se manifeste l’exigence légitime pour que soient respectés les engagements pris pour un projet dont toutes les études ont démontré la faisabilité technique et l’intérêt économique majeur en terme d’aménagement durable.

En décidant de redéployer les crédits prévus pour la poursuite des travaux de modernisation de la ligne au profit de travaux routiers, avec l’accord de Jacques Blanc -Président de la Région Languedoc-Roussillon- et de Valéry Giscard D’Estaing - Président de la Région Auvergne- le gouvernement a pris une responsabilité lourde de conséquences.

Moins de camions sur la route pour mieux utiliser le rail, c’est ce choix que le gouvernement prétend remettre en cause, au nom du « réalisme financier ».

Rien ne justifie l’arrêt des travaux engagés sur une ligne répondant à un impératif majeur en terme d’intermodalité des modes de transport de marchandises et tout particulièrement sur l’axe de la vallée du Rhône où le trafic est déjà surengorgé.

Nous, députés communistes, nous engageons à soutenir le Comité pluraliste, les élus locaux, les organisations syndicales de cheminots, des usagers, dans les actions qu’ils seront amenés à prendre pour que les engagements ministériels actés dans le cadre du contrat de plan soient honorés et que la continuité républicaine soit respectée.

Dès à présent, nous interpellons le Ministre des transports afin que les sommes réservées aux travaux de réhabilitation de la ligne soient réellement affectées au rail.

Imprimer