09-12-2005

Hôpital d’Ambert : une table ronde à l’initiative d’André Chassaigne.

Messieurs Doré, Sous-Préfet ; Gaillard, directeur de l’Agence Régionale d’Hospitalisation ; Dubourgnoux, conseiller régional ; Douarre, conseiller général ; Aulagnier, maire, étaient réunis aux côtés de médecins, de syndicalistes et de représentants de l’association DEHBA et du « collectif des mamans en colère » en sous-préfecture à l’initiative du député André Chassaigne.

Le but de cette rencontre était clair : mettre cartes sur table sur l’avenir de l’hôpital.

Si cette rencontre n’a pas tout réglé, elle aura tout de même bousculé l’intransigeance de M. Gaillard.
En effet, nous constatons avec satisfaction qu’il s’est engagé à maintenir le plateau technique en chirurgie. Encore faudra-t-il préciser ses modalités de fonctionnement avec le risque de fermetures nocturnes.

Sur la maternité, à la proposition d’André Chassaigne de la maintenir en mutualisant si nécessaire les équipes médicales de Thiers et Ambert, M.Gaillard a répondu que pour l’instant il ne revenait pas sur sa décision d’y arrêter les accouchements en la transformant en centre de périnatalité assorti d’un SMUR. Néanmoins, il s’est engagé à inscrire dans le « schéma régional d’organisation sanitaire » (SROS) que cette décision ne serait appliquée que si les faits prochains confirmaient les risques sanitaires qui ont motivé sa décision. La maternité ne sera donc pas fermée le 1er avril 2006 à la ublication du SROS.
A charge cependant pour l’établissement de tout mettre en œuvre pour qu’elle soit pourvue en personnel médical permanent.

Enfin, à la demande d’André Chassaigne, il s’est engagé à inclure des représentants de l’arrondissement d’Ambert dans le comité de rédaction du « projet territorial de l’offre de soins » (PTOS) qui a la charge de définir les besoins de santé sur le territoire de Thiers-Ambert. A ce titre siègeront désormais le directeur du centre hospitalier d’Ambert, le président de la Commission médicale de l’établissement et le maire d’Ambert, président du conseil d’administration.

En conclusion, nous constatons avec intérêt que le formidable succès de la manifestation du 26 novembre a contraint l’ARH à un premier recul.

Néanmoins, il serait illusoire de considérer que la bataille est gagnée. C’est bien pourquoi, cette table ronde n’est pas une fin en soi. Au contraire, elle doit être un encouragement pour faire monter encore d’un cran la mobilisation en exigeant que les moyens budgétaires nécessaires soient débloqués pour le maintien et le développement du centre hospitalier.
C’est un choix politique qui est aussi un choix de société. Ensemble, nous pouvons l’imposer à l’ARH et au Ministre de la santé.

PNG - 196.8 ko
2003 - 2004 - 2005 - 2006 : la dynamique association D.E.H.B.A. (Dynamisons Ensemble l’Hôpital du Bassin d’Ambert) multiplie les actions avec une mobilisation grandissante : point culminant, samedi 27 novembre 2005, avec plus de 3 000 personnes déterminées défilant à Ambert pour défendre l’hôpital et la maternité.


PNG - 111.3 ko
Jeudi 6 juillet 2006 : près de 200 personnes se retrouvent à Ambert après l’annonce de la fermeture de la maternité, rendue publique avant même que soit reçue la délégation conduite par André Chassaigne au ministère de la santé. Les membres de DEHBA et les personnes présentes expriment leur colère et relancent la lutte pour la défense de l’hôpital. Ils interpellent les conseils municipaux sur la nécessité d’un engagement plus décisif, qui pourrait être une démission collective.

Pour en savoir plus : suivi / Corinne Ould’Ameur

Imprimer