01-09-2005

Flambée des carburants.

M. BOCQUET réagissant à la conférence de Presse du Gouvernement soumet 3 propositions au Premier Ministre pour répondre à la flambée des carburants.

Le gouvernement, par la voie de son Premier Ministre, est enfin sorti de son silence pour prendre la mesure des conséquences, pour nos concitoyens et notre économie, de la « flambée » des prix du carburant (+16% en un an). Il était temps, car en dépassant vendredi dernier, et ce pour la première fois, le seuil de 67 dollars, le prix du baril de pétrole a atteint un nouveau record.

Face à cela, le Premier Ministre s’est contenté de rappeler ce que nous connaissons comme les programmes énergétiques en cours, avant de se fendre d’une promesse déjà entendue : celle de restituer les éventuels excédents des taxes sur les carburants. Mais « chat échaudé craint l’eau froide » : son Ministre de l’Intérieur, alors Ministre de l’économie et des finances, il y a un an avait fait la même promesse et les Françaises et les Français « comme Sœur Anne » n’ont jamais rien vu venir !

Je lui formule trois propositions concrètes.

Tout d’abord, celle de mettre en œuvre un prélèvement exceptionnel sur les revenus financiers des compagnies pétrolières consécutifs aux augmentations de carburants et d’en redistribuer le produit aux Françaises et aux Français.

« Cette envolée du pétrole » conforte les dividendes, déjà très élevés, des compagnies pétrolières. C’est le cas de Total, tête d’affiche du CAC 40, qui présente des résultats en hausse de 41% sur le semestre, après avoir affiché en 2004 les bénéfices les plus importants jamais réalisés par une entreprise d’origine française, avec un résultat net de 9 milliards d’euros, en hausse de 23 % par rapport à 2003. Il en va de même pour BP dont les bénéfices se chiffrent à 6,6 milliards de dollars au premier trimestre. Même constat chez Exxon Mobil et Chevron.

Il est temps de leur demander des comptes et de mettre un terme à cette situation qui ne fait que les favoriser aux dépens des automobilistes que l’on considère plus que jamais comme « des cochons de payant » !

La France est championne d’Europe de la taxation des produits pétroliers, ça en devient insupportable. Je demande donc au gouvernement, sans avoir besoin de commission « Théodule » pour le faire, de baisser immédiatement la fiscalité intérieure sur les carburants : baisse de la TIPP et de la TVA. Aujourd’hui, l’essence est taxée à 74% et le gazole à 67%.

Mais également de redistribuer les excédents fiscaux perçus par l’Etat suite aux augmentations successives du prix de l’essence. La TIPP devrait rapporter 20,19 milliards d’euros à l’Etat en 2005, soit 0,8% de plus qu’en 2004 contrairement aux affirmations mensongères du Premier Ministre. Tous les observateurs le reconnaissent !

En plus d’être synonyme de justice fiscale, cette restitution, à l’issue des congés d’été et en cette veille de rentrée scolaire, donnerait pour beaucoup de ménages une bouffée d’oxygène en faveur de la consommation et donc de la croissance. Elle serait également salutaire pour les entreprises et les professionnels concernés par cette forte hausse des carburants.

J’invite donc le Premier Ministre à prendre en considération, sans tarder, ces propositions synonymes de justice sociale et d’efficacité économique pour répondre à la préoccupation de nos concitoyens.

Pour en savoir plus : Site Internet du Groupe des Député-e-s communistes et républicains

Imprimer