03-07-2006

Fermeture de la maternité d’Ambert : une délégation reçue au Ministère de la Santé.

Le jeudi 29 juin 2006, à la demande d’André Chassaigne, Député de la circonscription Thiers Ambert, une délégation a été reçue par Monsieur Jean-Louis Bonnet, Directeur de Cabinet du Ministre de la Santé Monsieur Xavier Bertrand.

Relayé par Christophe Vernet et Antony Obert, les deux représentants de L’association D.E.H.B.A. (Dynamisons Ensemble l’Hôpital du Bassin d’Ambert), André Chassaigne a vivement dénoncé la précipitation avec laquelle la fermeture de la maternité d’Ambert a été annoncée par le Directeur de l’A.R.H. (Agence Régionale d’Hospitalisation), alors même que ce dernier savait qu’une délégation serait reçue trois jours plus tard au Ministère de la Santé. Il s’agit-là d’une atteinte grave au respect dû à la représentation nationale.

Déterminée, la délégation a solennellement demandé au représentant du Ministre de revenir sur la décision de l’A.R.H. Les représentants de l’association D.E.H.B.A. ont traduit la très vive émotion de la population du bassin d’Ambert. André Chassaigne et Eric Dubourgnoux, Conseiller Régional et membre du Conseil d’Administration de l’hôpital, ont déploré le manque de volonté de l’A.R.H. et de la direction du centre hospitalier pour rechercher et recruter les praticiens nécessaires pour maintenir les accouchements. Afin de faire la lumière sur la crédibilité des arguments évoqués pour justifier cette décision, André Chassaigne a annoncé qu’il demandera la création d’une commission d’enquête parlementaire qui procéderait aussi à l’évaluation des conséquences de la fermeture de la maternité sur la sécurité des futures mamans et sur le devenir du bloc opératoire et du centre hospitalier.

Par ailleurs, les membres de la délégation ont exprimé leurs inquiétudes sur les conditions dans lesquelles la maternité serait transformée en C.P.P. (Centre Périnatal de Proximité) :

  • Quel avenir serait réservé aux consultations de pédiatrie et aux consultations de gynécologie  ?
  • Que deviendrait le personnel concerné par cette décision, notamment les sages femmes ?
  • Dans quelles conditions le futur S.M.U.R (Service Médical d’Urgence et de Réanimation) serait-il mis en place ?

N’ayant obtenu aucun engagement sur le maintien des accouchements, la délégation a fait part de sa détermination pour mobiliser la population. D’ores et déjà, elle invite la population du Bassin d’Ambert à participer massivement à la réunion publique organisée par l’association D.E.H.B.A. le jeudi 6 juillet à 20 h à la maison des jeunes.

Samedi 1er juillet, par un mail du Ministère de la santé, André Chassaigne a obtenu plusieurs réponses aux questions posées :

  • S’agissant des vacations de pédiatrie elles seront bien maintenues. S’il devait y avoir défection de l’actuel pédiatre, l’ARH veillera à ce qu’il puisse être remplacé.
  • La mise en place d’une consultation de gynécologie est envisagée et des contacts ont déjà été pris pour qu’elle puisse être mise en œuvre rapidement.
  • En ce qui concerne les sages-femmes qui ne poursuivent pas leur activité à Ambert, leur reclassement dans d’autres établissements (par voie de mutation) est en cours. Elles restent salariées du CH d’Ambert jusqu’à leur mutation effective.

Pour en savoir plus : Devenir de la maternité et de l’hôpital d’Ambert

Imprimer