01-03-2003

EDF : courrier aux secrétaires des syndicats CGT et GNC

J’ai pris connaissance avec intérêt de la motion votée par votre section syndicale et relative à l’évolution statutaire d’EDF-GDF et de son système de retraite.

Je tiens à vous exprimer mon soutien sur cette question et vous assure que le groupe parlementaire des communistes et républicains appuiera à l’Assemblée nationale les revendications exprimées par les agents d’EDF-GDF et s’opposera de toutes ses forces à la privatisation programmée d’EDF.

Rien ne justifie aujourd’hui la privatisation d’EDF-GDF et l’ouverture du marché de l’énergie à la concurrence. Les réformes souhaitées en haut lieu ne sont dictées que par des choix idéologiques et par la volonté de répondre aux attentes du patronat et des marchés financiers, et ce au détriment de l’intérêt général de la population de notre pays. Ces réformes ne pourront que fragiliser le service public de l’énergie avec notamment des conséquences très négatives pour les territoires ruraux fragilisés (en terme de péréquation tarifaire, d’emplois de proximité, de délais d’intervention…).

Dans cette optique il me semble aujourd’hui clair que le projet de réforme du système de retraite des industries électriques et gazières était moins destiné à assurer l’avenir des retraites des agents des industries électriques et gazières qu’à préparer l’évolution statutaire de cet établissement public préalable à sa privatisation. C’est ce qui explique la volonté du gouvernement de passer en force en imposant cette réforme malgré le vote négatif exprimé par les agents des industries électriques et gazières le 9 janvier dernier.

Je tiens à vous déclarer que je serai toujours, avec mes camarades du groupe parlementaire des communistes et républicains, à vos côtés pour défendre le statut des agents des industries électriques et gazières qui conditionne le caractère de service public d’EDF. L’actualité nous a trop prouvé la nécessité de renforcer les services publics dans notre pays.

André Chassaigne.

Imprimer