22-02-2007

Direction du Centre Hospitalier d’Ambert

Courrier du 19 février 2007 à M. Alain GAILLARD, Directeur de l’Agence Régionale de l’Hospitalisation d’Auvergn

Monsieur le Directeur, 

Je souhaite attirer votre attention au sujet du centre hospitalier d’Ambert. En effet, la situation conflictuelle qui perdure depuis de longs mois entre les personnels et les médecins d’une part, et le directeur de l’établissement d’autre part, crée désormais une situation de blocage préoccupante

En accord avec le président du conseil d’administration ainsi, qu’avec les représentants des salariés et des médecins, je suis intervenu auprès du ministre afin qu’une solution acceptable par chacune des parties permette d’accélérer la procédure de mutation du directeur actuel. 

Monsieur François-Xavier Selleret, conseiller technique au ministère de la Santé et des Solidarités et chargé des questions hospitalières, m’a informé, lors d’un récent entretien téléphonique, que le respect des droits et devoirs de tout fonctionnaire impliquait une procédure dont la durée était évaluée à deux mois à compter de début février. A cette occasion, Monsieur Selleret m’a précisé que la mise en œuvre d’une direction intérimaire était bien engagée et qu’elle pourrait être assurée par le directeur d’un hôpital voisin. 

J’attire votre attention sur les plus vives réserves émises par l’ensemble du personnel mais aussi par les médecins, les membres du conseil d’administration et son président, dans l’éventualité où cet intérim serait assuré par le directeur du centre hospitalier de Thiers. En effet, bien que personne ne remette en cause les capacités professionnelles de Monsieur Lecomte, il est néanmoins parfaitement compréhensible qu’une telle décision ne créerait pas le climat de confiance indispensable pour une rédaction équilibrée de l’actuel « Projet Territorial de l’Offre de Soins » sur le territoire de santé Thiers-Ambert. 

-----

Dans ces conditions, le détachement d’un directeur intérimaire du CHU de Clermont-Ferrand serait une décision largement partagée au sein de l’hôpital d’Ambert. C’est pourquoi, je me permets d’insister auprès de vous afin qu’une telle solution se concrétise. Elle serait de nature à redonner confiance à l’ensemble des personnels et des médecins qui, malgré le professionnalisme dont ils font preuve, n’en éprouvent pas moins une extrême lassitude face à la situation actuelle. 

Par ailleurs, à l’occasion de ma dernière rencontre avec les personnels et les médecins, le 16 février, deux revendications majeures m’ont été exprimées quant au fonctionnement de l’établissement. 

D’une part, ils souhaitent que soit mise en place une véritable équipe de direction qui travaille de façon collective et transparente. Ils regrettent notamment le manque d’informations et de clarté sur la situation financière de l’hôpital. Ce déficit de communication laisse planer de nombreuses interrogations sur l’avenir immédiat du centre hospitalier. Ces interrogations sont d’ailleurs confirmées par plusieurs membres du conseil d’administration, qui déplorent plus précisément que le dernier rapport de la Cour Régionale des Comptes ne leur soit toujours pas communiqué dans son intégralité. C’est pourquoi, je sollicite de vous une intervention afin que ce rapport puisse être consulté conformément au bon droit de chacun. 

D’autre part, une inquiétude bien compréhensible s’exprime au vu de la lenteur avec laquelle est rédigé le projet d’établissement. En effet, depuis plusieurs années, la rédaction de ce document, pourtant déterminant pour l’avenir de l’hôpital, est sans cesse remise en cause. La dernière entrave étant la décision de Monsieur Bouzit qui, sans aucune concertation et sans même en informer le président du conseil d’administration, a décidé de mettre un terme à la collaboration engagée avec Monsieur Clément. Les grandes orientations du rapport présenté par ce dernier à l’occasion d’un récent conseil d’administration avaient pourtant suscité un intérêt unanime. En effet, en tenant compte de la situation géographique défavorable de notre sous-préfecture, ce rapport inscrit l’objectif du centre hospitalier dans le cadre d’un service public de proximité. De plus, il définit une stratégie privilégiant une double coopération avec l’hôpital de Thiers, dans le cadre du territoire de santé, et avec le CHU afin de favoriser le travail d’équipe indispensable au caractère attrayant de l’établissement ambertois. 
Dans ces conditions, la décision unilatérale du directeur n’a fait qu’alimenter les doutes au sein de l’hôpital. 

Après la fermeture de la maternité et les menaces qui pèsent sur l’avenir du bloc opératoire, auxquelles s’ajoutent à présent le climat relationnel délétère et les tergiversations successives qui paralysent la rédaction du projet d’établissement, vous comprendrez, Monsieur le directeur, qu’au-delà des personnels et des médecins, l’inquiétude gagne à présent les élus et la population de tout l’arrondissement. C’est pourquoi, je souhaite que vous puissiez m’apporter les réponses détaillées à chacune des questions évoquées dans ce courrier. 


Avec mes remerciements anticipés, je vous prie de croire, Monsieur le Directeur, en l’expression de mes sentiments les meilleurs.

André CHASSAIGNE

Pour en savoir plus : écrire à André Chassaigne

Imprimer