16-01-2004

Désindustrialisation du territoire.

[…]

M. André Chassaigne a qualifié de passionnante l’intervention de M. Le Duigou. Il a considéré que l’industrie de la coutellerie en Puy-de-Dôme rencontrait les mêmes problèmes que le secteur textile dans l’ensemble du pays. Les chefs d’entreprise ont du mal à soutenir la concurrence des pays à bas coûts de main-d’œuvre. Ils ont tendance à ne conserver en France que les fonctions commerciales et de logistique. Il est effectivement crucial d’investir dans l’innovation et la formation professionnelle. Il a ensuite demandé quelles étaient les propositions de la CGT sur la mobilisation de l’épargne et sur une plus grande efficacité des interventions publiques, notamment la coordination des actions de l’Etat et des collectivités locales.

[…]

Mme Nicole Rondeau a rappelé que les contrats de sites faisaient pratiquement l’objet chaque année d’un comité interministériel d’aménagement du territoire mais que les résultats étaient décevants. Le rapport Viet, publié au début de 2003, a mis en lumière d’importants problèmes sociaux. La gestion des restructurations est très inégalitaire. Les salariés les plus touchés sont les moins qualifiés. En général, 15 % seulement des salariés retrouvent un contrat à durée indéterminée tandis que 60 % d’entre eux demeurent au chômage. L’exemple de la Lorraine est éclairant. Malgré des milliards de crédits publics et d’indéniables investissements dans l’urbanisme et les infrastructures, de nombreux jeunes salariés sont réduits à l’inactivité. La future loi sur les responsabilités locales donnera certes plus de compétences aux régions mais il leur faudra des moyens d’agir : initier des partenariats locaux et anticiper les mutations économiques. Or, les débats sur les perspectives économiques rassemblent rarement l’ensemble des acteurs concernés, les syndicats étant souvent exclus.

M. Max Roustan, rapporteur, a relevé que les syndicats refusaient souvent, par tradition, de participer à des débats de politique économique. Il a, par ailleurs, souhaité savoir si la faible mobilité géographique des salariés était un phénomène proprement français.

[…]

Pour en savoir plus : Compte-rendu intégral sur le site de l’Assemblée Nationale

Imprimer