26-06-2008

Défense des services publics - Réunion du 30/06/08

Le 20 juin 2008


(Aux élus des arrondissements de Thiers et d’Ambert)


Objet : défense des services publics

Madame, Monsieur,

Si je fais le choix de m’adresser à vous de façon un peu précipitée, c’est au regard de la brutalité des dernières mesures qui s’attaquent simultanément à de nombreux services publics dans nos deux arrondissements.

Ainsi, la déstructuration de la carte scolaire ne connaît pas de répit. Après la disparition de nombreuses classes ces dernières années, ce sont à présent les fermetures de l’école de Fayet-Ronaye et d’une classe à l’école de Turelet à Thiers, programmées sur la base d’effectifs considérés comme insuffisants.

Ces mauvaises nouvelles s’ajoutent à d’autres décisions, non moins dramatiques, pour nos deux arrondissements :
- Dans les deux centres des impôts de la circonscription, suppression de trois postes de cadre C, à laquelle s’ajoute la vacance sans doute « définitive » d’un poste de contrôleur et d’un poste d’inspecteur.
- Décision de fermeture du Tribunal d’Instance d’Ambert et annonce récente de la suppression du Conseil de prud’hommes dans la cité coutelière, par le refus de prendre en compte toute situation particulière.
- Fermeture programmée de la boutique France Télécom à Thiers (6 emplois), qui s’inscrit dans une politique de réduction des dépenses de l’ancien opérateur public, soumis aujourd’hui aux exigences de ses actionnaires. C’est pourtant en arguant de la présence d’une boutique à Thiers que la direction de France Télécom justifiait, il y a 6 ans, la fermeture de celle d’Ambert !
- Réduction des effectifs de dix-neuf à quinze agents à l’agence réseau d’EDF à Ambert. À la suite de cette évolution, le service d’astreinte est amputé d’un technicien alors qu’il est investi de nouvelles missions sur un territoire élargi qui compte désormais 57 communes, dont la plupart sont situées en zone de montagne. Dans le même temps, est annoncée la fermeture de l’accueil public à Thiers.

Quant au réseau postal, il est à nouveau dans le collimateur de la direction départementale. Cette dernière revient à la charge avec le nouvel objectif de transformer en agence postale, ou en relais- poste, les bureaux actuels de Celles-sur-Durolle, Job et Marsac-en-Livradois. Dans le même temps, les bureaux de Fournols, Crevant-Laveine, Viscomtat, Augerolles, Châteldon et Paslières, qui avaient été maintenus à la suite de la mobilisation des élus et de la population, sont à nouveau menacés tandis qu’est annoncé le déclassement des bureaux de plein exercice d’Arlanc et de Saint-Amant-Roche-Savine.

Après la fermeture de la maternité d’Ambert en 2006, c’est de nouveau notre système de santé qui est attaqué. En effet, l’activité du bloc opératoire du centre hospitalier d’Ambert est désormais gravement amputée avec une activité restreinte au service normal de jour, du lundi au vendredi, et limitée aux seuls actes chirurgicaux programmés et sans risques de suites. Cette situation, dite « provisoire », laisse encore le temps de la mobilisation pour qu’elle ne débouche pas sur une application anticipée du fameux rapport Vallancien qui recommandait, il y a seulement deux ans… la fermeture des deux blocs opératoires de Thiers et Ambert !

Mais, cette liste noire ne s’arrête pas là. La logique impitoyable de la fameuse RGPP (Révision Générale des Politiques Publiques), s’applique de façon impitoyable sur notre territoire, plus particulièrement sur l’arrondissement d’Ambert avec des menaces graves :
- Disparition de la Compagnie de gendarmerie (5 postes) avec le seul maintien des brigades.
- Déplacement à Thiers des 16 gendarmes de la Brigade de Recherche et du PSIG (Peloton Spécial d’Intervention).
- Fermeture probable de la Sous-préfecture avec, au minima, maintien d’une partie des services, mais sans sous-préfet… terrible manifestation de mépris du gouvernement à notre égard !

L’ensemble de ces mesures concerne directement plusieurs dizaines d’emplois et de familles, avec des conséquences importantes pour la qualité des services rendus et la démographie de nos territoires.

Face à une telle entreprise de démolition, allons-nous rester sans réactions ? Allons-nous laisser cette politique intolérable anéantir les efforts consentis durant de longues années par les élus que nous sommes ?
Dans cette situation d’attaques quotidiennes contre le service public, la pire des réactions serait la résignation. Notre devoir d’élus locaux nous invite au contraire à entrer en résistance contre l’irresponsabilité des choix actuels. C’est pourquoi, lors de la prochaine réunion de votre conseil municipal, je vous invite à adopter les vœux et les délibérations que vous jugerez nécessaires, afin d’exprimer votre opposition aux mesures prises ou envisagées.

Par ailleurs, je vous convie à la réunion publique que j’organise afin de réfléchir, ensemble, aux actions à conduire pour amplifier la mobilisation :

Lundi 30 juin 2008 à 18 heures
Salle polyvalente
Saint-Gervais-sous-Meymont

Comptant sur votre mobilisation, je vous prie de croire, Madame, Monsieur, en l’expression de mes sentiments les meilleurs.


André CHASSAIGNE

(voir aussi :

- la rubrique sur les services publics

- l’article de La Montagne du 03/07/08

- l’article de La Gazette du 03/07/08 )

-  photos de la réunion

Pour en savoir plus : André Chassaigne

Imprimer