19-06-2003

Centre d’enfouissement à St-Dier-d’Auvergne

Centre d’enfouissement à St-Dier-d’Auvergne.

Je suis préoccupé, comme beaucoup d’entre-vous, des menaces que ce centre pourrait faire peser sur l’environnement et je me suis engagé pour qu’il ne voit pas le jour, prenant ainsi en compte l’opposition de la population et les enjeux environnementaux spécifiques qu’il soulève.

Cependant, il s’agit aussi, de mon point de vue, de poursuivre une réflexion de fond qui concerne toute la collectivité, qu’elle soit à la ville ou à la campagne. En effet, ce projet n’est que la résultante d’un comportement inadapté de tous les acteurs de la société, qu’ils soient élus, consommateurs ou producteurs. Or, à ce jour, personne n’a trouvé de solution idéale au regard du volume des déchets produits, au problème majeur que représente, pour les collectivités, le traitement des déchets. Dans ce contexte, l’incinération et l’enfouissement restent des solutions nécessaires et complémentaires.

En fait, parallèlement à l’opposition légitime à ce projet, il s’agit de prendre conscience qu’un changement comportemental individuel pourrait réduire le nombre de sites nécessaires à l’enfouissement.

Je pense en effet à d’autres régions de France, comme l’Alsace, où des initiatives locales ont abouti à une forte réduction du volume des emballages en amont et à une meilleure valorisation des déchets résiduels, ne justifiant ainsi plus la multiplication de projets lourds, coûteux et menaçant pour l’environnement.

Dans les conditions restant celles de notre département, il faudra bien, quoi qu’il en soit, trouver des lieux d’enfouissement… sur des sites limitant les conséquences humaines et environnementales.

Je reste mobilisé et à l’écoute de ceux qui me contactent à ce sujet.

André CHASSAIGNE.

Pour en savoir plus : Benoît

Imprimer