Mercredi 24 juillet 2002 - Séance de 15 heures

27-10-2002

Audition conjointe avec la Délégation pour l’Union européenne de M. Hervé Gaymard, ministre de l’agriculture, de l’alimentation, de la pêche et des affaires rurales

André Chassaigne a tout d’abord estimé qu’il ne fallait que le débat sur la réforme de la politique agricole commune occulte la nécessité de prendre des mesures d’extrême urgence pour aider les filières en difficulté, comme celle de l’élevage de vaches à viande qui risque de voir disparaître des centaines d’exploitations, alors même qu’elles sont capables de fournir une excellente traçabilité de leur production. Il a souhaité savoir si, malgré les multiples contraintes européennes et budgétaires, il ne serait pas possible de prendre des mesures visant à soutenir les prix ou à réduire les stocks de bêtes qui sont actuellement de 150 000 têtes, la mesure la plus urgente concernant les génisses souvent de grande qualité.
Il a déploré que la Commission européenne ne traitât absolument pas de la question de l’emploi en agriculture et du nombre d’agriculteurs nécessaires à une agriculture de qualité et jugé contradictoire de souhaiter une agriculture respectueuse de l’environnement et de prévoir dans le même temps des aides à l’hectare susceptibles d’encourager l’agrandissement des exploitations et une agriculture productiviste.
Il a enfin demandé des précisions sur l’avenir des contrats territoriaux d’exploitation (CTE) et plus spécifiquement pour les CTE collectifs.

Imprimer