Lundi 19 mai 2003.

20-05-2003

Appel de André Chassaigne, député, pour soutenir les personnels de l’éducation nationale en grève

Appel de André Chassaigne, député, pour soutenir les personnels de l’éducation nationale en grève. Lundi 19 mai.

André Chassaigne, député de Thiers-Ambert, appelle à soutenir les personnels de l’éducation nationale en lutte en ce moment dans plusieurs écoles, collèges et lycées de la circonscription. Les enseignants manifestent à juste raison contre les projets de déconstruction de l’éducation nationale mis en œuvre par Messieurs Ferry et Darcos. Cette contestation s’articule autour de trois questions principales :

  • Inspiré par un libéralisme qui conduit à la marchandisation systématique des services, la réforme en cours de l’éducation nationale ne pense qu’en terme de déconcentration ou de décentralisation. Le salut viendrait nécessairement de la destruction du cadre national de la politique d’éducation, alors qu’aucun ministre n’a jamais véritablement justifié cette position ni démontré que les résultats scolaires seraient meilleurs si ces réformes devaient être appliquées. C’est bien parce que cette position est insensée et purement idéologique que les ministres refusent d’en débattre : la décentralisation de l’éducation nationale ne pourra évidemment qu’aggraver les inégalités actuelles devant le service public de l’éducation nationale, au profit des plus riches. Ce projet de décentralisation doit être abandonné. Les départements et les régions devraient dès aujourd’hui refuser toute négociation avec le gouvernement portant sur le transfert de compétences, de missions de service public ou de personnels de l’Etat vers ces collectivités.
  • En ce qui concerne les retraites, les personnels de l’éducation nationale subiront de plein fouet le projet de réforme des retraites de Monsieur Fillon. Ce dernier ne doute pas une seule seconde des capacités professionnelles d’un professeur de 70 ans ! C’est une belle marque de confiance du gouvernement envers le corps enseignant… Non seulement la durée de cotisation passera à 42 ans, mais en plus il est à craindre que les femmes perdent les bonifications dont elles bénéficient aujourd’hui en contrepartie de l’éducation de leurs enfants et que le montant des pensions diminue encore plus sensiblement. Pour les enseignants aussi, le projet Fillon est absolument inacceptable.
  • Ces deux projets de réforme ne doivent pas non plus dissimuler la question de la faiblesse des moyens budgétaires donnés à l’éducation nationale. Alors que de nombreuses difficultés persistent dans les établissements de notre pays, le gouvernement a décidé de réduire sensiblement l’encadrement des élèves dans les établissements en supprimant notamment les emplois jeunes et de nombreux postes de maîtres d’internat-surveillant d’externat (MI-SE). La diminution du nombre d’adultes présents dans les écoles, les collèges et les lycées, ne pourra qu’accroître les difficultés scolaires de beaucoup d’élèves.
    Bien au contraire, l’urgence est d’en finir avec « la fracture scolaire », ce qui suppose de lutter efficacement contre les inégalités à l’école et dans la société.
    Cela implique que l’Etat attribue des moyens pour que le système éducatif s’ouvre aux réalités, aux attentes, et aux besoins des milieux populaires. L’école doit permettre le développement des capacités de chacun permettant l’appropriation des savoirs en perpétuelle évolution. C’est indispensable pour la vie citoyenne et le progrès social.

Avec le Parti Communiste Français, André Chassaigne propose donc de :

  • Consacrer 7% du PIB pour l’Education en mettant à contribution les profits financiers
  • Créer un fonds d’aide pour lutter contre les inégalités
  • Revendiquer l’existence d’un collège unique de nature à éviter toute discrimination
  • Conquérir une véritable gratuité
  • Permettre la scolarisation dès 2 ans, facteur de réussite scolaire particulièrement pour les milieux populaires
  • Revaloriser la recherche et la formation des enseignants
  • Mettre en place un système de sécurité d’emploi et de formation pour abolir chômage et précarité

Imprimer